Témoignage Cegid – Stephen RAE

Pourquoi avoir choisi la plateforme de relance développée par Aston iTF ?

Aston iTF c’est tout d’abord un partenariat humain, c’est une équipe extrêmement accessible, constituée de personnes de hautes compétences. Des personnes de haut vol mais également très faciles d’accès. La communication et l’échange sont toujours spontanés et constructifs. Même quand nous avons des difficultés à affronter ensemble, nous le faisons de façon tout à fait positive, concertée et on y arrive toujours et c’est pour cela que c’est un véritable plaisir de travailler avec Aston iTF.

Que pensez-vous de l’association entre Aston iTF et le sport de haut niveau ici représenté par les Longines Masters ?

On retrouve un peu les mêmes valeurs de proximité et d’échange mais aussi beaucoup d’exigence : finalement, à force de travail rien n’est laissé au hasard, le moindre petit élément a son importance, on travaille ces choses-là ensemble de manière très détendue, agile. Mais cela va au-delà de l’agilité, c’est l’ouverture d’esprit et c’est ce que l’on retrouve dans les compétitions de haut niveau. Si l’on s’intéresse un peu aux Longines Masters et à l’équitation de très haut niveau on se rend vraiment compte de la minutie, de la préparation et de toutes les personnes qui ont un rôle à jouer, peu importe ce rôle, pour le bon déroulement du travail du cheval et de son/sa cavalier/cavalière.

Merci beaucoup.

Stephen RAE, DAF Cegid, Interviewé au cours des Longines Masters 2017 par Aston iTF

Derniers articles

  • Aujourd’hui environs 50% des entreprises gèrent leurs encours client de manière manuelle. N’est-ce pas paradoxal lorsque l’on sait que le poste client est celui qui génère la majeure partie de la rentrée de cash ? Au sein d’une entreprise, il est courant de travailler avec des outils qui aident à la gestion du travail quotidien. Utiliser des CRM et des ERP est de plus en plus courant. Pourquoi ne pas commencer à utiliser un logiciel de relance automatique ? En se lançant dans la digitalisation du poste client, les credit managers ont la possibilité d’automatiser toutes leurs tâches chronophages et répétitives. Ils pourront se libérer du temps pour travailler sur des sujets plus stratégiques. Quoi de mieux pour avoir davantage d’impact au sein de l’entreprise ?   Pourquoi utiliser un logiciel de relance automatique ? Selon PayStream Advisors, les équipes chargées du recouvrement passent 30% de leurs temps à créer la liste des clients à contacter en priorité et à trouver leurs coord

  • Le credit manager voit ses responsabilités évoluer, il n’est plus uniquement restreint à la relance client. Effectivement son rôle est de plus en plus stratégique et transverse : risk manager, relation client, analyses… Même les PME s’y mettent !   CREDIT MANAGER, UN RÔLE EN PLEINE EVOLUTION La fonction du credit manager n’est plus seulement financière et c’est ce qui intéresse les PME. Jusqu’à aujourd’hui nous le retrouvions dans les entreprises de plus de 300 employés en moyenne, or d’après une enquête de l’AFDCC (association française des credit managers et conseils) 39% des interrogés employant au moins un credit manager sont des PME.   C’est en général le recouvrement qui sert d’introduction vers le credit management. Ce besoin se fait ressentir quand les créances de l’entreprise sont importantes. Nombreuses sont celles qui externalisent cette tâche or un credit manager en interne leur permet de mettre en place une stratégie plus adaptée à leurs besoins. C’est tout

  • « Le temps c’est de l’argent » tous les retards sont des manques à gagner. Selon l’ANCR, en 2017, 56 milliards d’euros de créances sont restés impayés en France, soit environ 2% du PIB. La problématique liée aux retards de paiement des clients est aujourd’hui applicable à toutes les entreprises. Comment réduire mes retards de paiement ? C’est le challenge numéro 1 des credit managers aujourd’hui. La culture cash est au cœur des discussions, les objectifs définis par les dirigeants convergent : réduire le BFR, accroitre le ROI efficacement et améliorer rapidement le chiffre d’affaires. A l’heure de la transformation digitale, il est enfin possible de répondre à ces enjeux. Le délai moyen de règlement des fournisseurs est de 51 jours alors qu’officiellement il devrait être de 30 jours. La France semble cependant emprunter le bon chemin. Selon les chiffres d’Altares, en 2008, 33% des entreprises réglaient leurs factures à temps. A ce jour, elles sont 43,4% soit presque une sur deux.

  • En plein essor, les startups de la Fintech reposent sur deux piliers majeurs : proposer un service financier et intégrer de nouvelles technologies. Aujourd’hui, l’enjeu principal des entreprises est le cash via la réduction des délais de paiement.