credit manager digital

Rôle du credit manager, une fonction essentielle

Le rôle du credit manager est en pleine évolution

Le rôle du credit manager n’est plus seulement financière et c’est ce qui intéresse les PME. Jusqu’à aujourd’hui nous le retrouvions dans les entreprises de plus de 300 employés en moyenne, or d’après une enquête de l’AFDCC (association française des credit managers et conseils) 39% des interrogés employant au moins un credit manager sont des PME.

C’est en général le recouvrement qui sert d’introduction vers le credit management. Ce besoin se fait ressentir quand les créances de l’entreprise sont importantes. Nombreuses sont celles qui externalisent cette tâche or un credit manager en interne leur permet de mettre en place une stratégie plus adaptée à leurs besoins. C’est tout le processus « order to cash » qui est priorisé. Par ailleurs les credit managers offrent une structure financière robuste aux sociétés dans lesquelles ils se trouvent et leur permettent donc de se développer sereinement.

De nouveaux outils pour de nouvelles sources d’informations

le métier du credit manager est lui aussi touché par la digitalisation, la révolution de l’intelligence artificielle et du big data ! Il se dote de nouveaux outils.

Sachant que le nombre d’entreprises qui déposent leurs comptes diminue, il faut donc absolument trouver de nouvelles sources d’informations.

Les analyses prédictives en sont un exemple. La collaboration entre un data scientist et un credit manager a du sens. La gestion et l’analyse permet au credit manager d’être plus efficace quant à la gestion du portefeuille clients, ou d’analyser et prévoir de façon plus précise les risques encourus en fonction des clients ou de leur région géographique. Dans le but d’orienter dans un second temps les commerciaux vers les meilleurs secteurs, régions. Nombreuses sont les offres qui se lancent pour automatiser et simplifier ces analyses !

Rôle du credit manager, une fonction de plus en plus transverse

Le credit management ne se restreint plus qu’au recouvrement mais s’ouvre à l’analyse financière, la structuration, la stratégie et parfois même au conseil.

Le credit manager voit donc son champ de missions s’agrandir pour devenir une fonction plus transverse. Il se transforme en business partner et en communicant, interagissant avec les acteurs internes et externes.

Nous parlons de « Daf business partner » depuis longtemps, n’est-ce pas au tour du credit manager de connaître la même évolution ? En contact régulier avec les opérationnels il devient lui aussi un business partner. La mission se professionnalise et se complexifie. Elle est donc confiée à des profils de plus en plus expérimentés. Le simple bagage technique ne suffit plus, il faut que le credit manager soit muni de « Softs skills » de communicant et de pédagogue.

Une part de ses missions reste inchangée. Le poste client par exemple. Ce sont les outils qui l’aident à mener à bien ses objectifs qui évoluent : scoring, prédictif, lignes de crédits, traçabilité de l’information. C’est donc sa collaboration avec les autres services tels que les commerciaux qui est nouvelle. Cela permet de s’assurer que les litiges commerciaux ou les erreurs simples de facturation ne sont pas à l’origine des impayés et de recouvrir les créances dans les meilleures conditions.

En savoir plus :

Digitaiser le processus order to cash

RETARDS DE PAIEMENT : LES REDUIRE OUI MAIS COMMENT ?

Une solution logicielle de recouvrement ? 5 raisons et 5 questions