Leader’s talk

Découvrez l’éclairage de notre expert sur les services de la Fintech : Amaury de la Lance, Directeur d’Aston ITF.

En plein essor, les startups de la Fintech reposent sur deux piliers majeurs : proposer un service financier et intégrer de nouvelles technologies. Aujourd’hui, l’enjeu principal des entreprises est le cash via la réduction des délais de paiement. « En France, l’actif client représente 40% des actifs d’une entreprise, soit 650 milliards d’euros. Il existe pourtant un moyen simple de répondre à cet enjeu de trésorerie : c’est la valorisation du poste clients, grâce aux outils de la Fintech. Le résultat ? Jusqu’à 5 jours de  réduction des délais de paiement sur la première année. Cela représente des millions d’euros de cash supplémentaire pour un groupe du CAC 40 et des montants vitaux pour une PME » explique Amaury de la Lance, Directeur d’Aston iTrade Finance.

Avec pourtant 25% des dépôts de bilan dus à un impayé client, le poste clients est aujourd’hui le parent pauvre de la finance en France. La solution ? Recourir à des assureurs crédits spécialisés. « La Fintech simplifie le pilotage de ces assurances. Avec l’émergence de l’Intelligence artificielle, nous apportons également de nouveaux outils  à l’instar du scoring financier. Utilisé à titre préventif, il permet de noter ses clients : c’est l’avenir de la Fintech ». En plus de l’IA, la Fintech s’appuie également sur le développement de nouvelles technologies imbriquées telles que le cloud computing, le big data ainsi que la blockchain qui a permis l’essor des crypto-monnaies.

Créée en 2011, Aston iTF est une Fintech spécialisée dans l’optimisation des poste clients. L’intérêt du service proposé ? Réduire les délais de paiement, mieux s’assurer contre les impayés et financer les factures auprès d’une banque, d’un factor ou d’un fonds d’investissement. « Très simple d’utilisation, cette solution a séduit des grands comptes, des ETI et bien sûr les PME, le cœur du marché. ASTON iTF à déjà en ce jour 100 000 PME en portefeuille. Dans les mois à venir, nous proposerons nos services aux TPE en plus des PME,  institutions financières, banques et assurances ». Autre atout, Aston iTF met à disposition de ses clients des tableaux de bord (Business Inteligence) permettant un suivi en temps réel ainsi que la mise en place d‘indicateurs prédictifs.

Située à Nancy, Aston iTF poursuit son développement en s’appuyant sur les nouvelles technologies. La prochaine étape ? La sortie imminente du deuxième volet de leur outil de scoring financier, développé grâce à l’Intelligence Artificielle.

Derniers articles

  • Paris, le 22 mai 2019, Communiqué de presse  La transformation digitale des métiers de la Finance et la réduction des délais de paiement pour les entreprises n’ont jamais été aussi critiques pour rester compétitif et continuer d’investir dans sa croissance. Dans ce contexte de marché très dynamique où les investissements dans les Fintechs sont au plus haut, Aston iTF nomme Aymeric Dupas Directeur Général. Aymeric Dupas sera en charge de la vente, du marketing, de la R&D, des développements, de l’IT et des RH.

  • Le règlement de créances a toujours été une question qui fâche en France. Les clients tardent à payer leurs dettes : les délais de paiement s’allongent. Le recouvrement d’impayés est souvent difficile. Certaines entreprises finissent même par mettre la clé sous la porte. La cessation de paiements est monnaie courante, sans mauvais jeu de mots ! Selon l’Observatoire BPCE, 75 000 entreprises ferment chaque année en moyenne : 60 000 TPE et 15 000 PME/ETI disparaissent ainsi en France.

  • Cegid propose des solutions de gestion Cloud Cegid adaptées aux besoins des entreprises et du secteur public pour améliorer la performance. Trois questions à… Stephen Rae, Chef des opérations internes – Finances, Cegid

  • Communiqué de presse Paris, le 17 avril 2019, ASTON iTF lance un nouveau module d’analyse de données, ASTON 360° L’impact des retards de paiement en France est considérable : 56 Milliards d’euros le coût de retard de paiement, 12 Milliards d’euros de Trésorerie perdues pour les entreprises, 25% des faillites de PME.