Le Credit Manager doit-il lutter contre les retards de paiement ? Pourquoi et comment

credit manager

Le Credit Manager doit-il lutter contre les retards de paiement ? Pourquoi et comment

 

Le Credit Manager, responsable de l’optimisation du poste clients a un rôle clé dans la réduction des retards de paiement. Est-il important de lutter contre les retards de paiement ? Pourquoi et comment ?

Chaque credit manager l’a entendu au moins une fois : « Le temps c’est de l’argent ». Tous les retards de paiement sont des manques à gagner. Selon l’ANCR, en 2017, 56 milliards d’euros de créances sont restés impayés en France, soit environ 2% du PIB. La problématique liée aux retards de paiement des clients est aujourd’hui applicable à toutes les entreprises. Si tout le monde paie selon la LME, loi n°2008-776 du 4 août 2008 sur la modernisation de l’économie, nous pourrons constater une augmentation de 12 milliards de trésorerie en plus pour les entreprises.

Comment réduire mes retards de paiement ? C’est le challenge numéro 1 du credit manager aujourd’hui. Selon l’étude de novembre 2017 de l’AFDCC, 74% des credit managers ont un salaire variable indexé sur un objectif individuel. Le credit manager est devenu le porteur du sujet de l’optimisation du poste clients dans l’entreprise. Pourtant, en France, il n’existerait que 3000 credit managers alors que les PME et ETI sont au nombre de 145 800 et les grandes entreprises (GE) au nombre de 287 en France selon l’INSEE. 

La culture cash est au cœur des discussions. Les objectifs définis par les dirigeants convergent : réduire le BFR, accroître le ROI efficacement et améliorer rapidement le chiffre d’affaires. A l’heure de la transformation digitale, il est enfin possible de répondre à ces enjeux. La France semble être sur la bonne voie. Selon les chiffres d’Altares, en 2018, 33% des entreprises réglaient leurs factures à temps. A ce jour, elles sont 43,4% soit presque une sur deux. Ce sujet des retards de paiement inquiètent particulièrement le monde des PMEs et de nombreux articles y sont consacrés comme celui-ci d’expert-comptable. com ou celui là du Figaro  ou  bien encore celui-ci du service public. Cependant, les petites entreprises sont les plus touchées par ce problème. Une étude Plum* réalisée pour Sage en novembre 2017 montre que 40% des PME interrogées expliquent que les retards de paiement ont un impact direct sur leur activité.

Pourquoi êtes vous toujours confronté à des retards de paiement ?

 

Le problème principal est lié à la gestion administrative des factures clients. Cela revient à résoudre une facture non conforme comme une erreur dans le montant, l’adresse ou bien le numéro de téléphone… Les litiges ne sont pas à prendre à la légère. Le délai de traitement est bien souvent trop long et une partie des ces factures ne sera même jamais payée. Les chiffres sont importants et 1 entreprise sur 3 fait aujourd’hui faillite à cause de ces retards de paiement.

Les 5 bonnes raisons de réduire vos retards de paiement

 

L’ANCR estime dans son étude que le respect des délais de paiement permettrait de libérer 12 milliards d’euros par an de trésorerie

Une entreprise ne peut pas accroître son activité et être compétitive si son besoin en fond de roulement est trop important. Il est donc essentiel de pouvoir récupérer les encours des clients pour financer sa propre activité et améliorer sa compétitivité sur le marché. L’intervention du digital dans l’optimisation du recouvrement de créances des credits managers est donc justifiée. De plus, cela importe principalement les PME qui n’ont souvent pas les ressources nécessaires pour gérer ces retards de paiement.

1- Une source de financement gratuite ou presque en comparaison avec le coût moyen de financement de l’entreprise ou la rentabilité attendue des fonds propres.

2- Éviter les impayés: en 2017 les impayés s’élevaient à 2% du PIB soit 56 milliards en 2017 et 25% des faillites de PME sont liées à un défaut de liquidités.

3- Améliorer son BFR et sa trésorerie: en réduisant les retards de paiement, le credit manager réduit son DSO donc son BFR et dégage de la trésorerie. Ce cash additionnel peut permettre de financer la croissance et permettre à l’entreprise de rester compétitive. Par exemple: financer le BFR de rebond, financer la transformation digitale, son développement à l’international, sa croissance externe.

4- Obtenir plus de financement à moindre coût grâce à une meilleure santé de ses indicateurs financiers et à un cash additionnel libéré par le poste clients.

5- Financer la mise en conformité règlementaire du poste fournisseur (DPO) avec la LME. Le credit manager doit également s’assurer de l’optimisation du BFR afin d’augmenter l’activité de l’entreprise. Ainsi, il existe plusieurs manières d’optimiser son BFR et de financer la croissance. Par exemple, financer le BFR de rebond lors d’une reprise.

 

Comment le Credit Manager peut-il lutter contre les retards de paiement?

 

Le Credit Manager bénéficie d’un contexte politique en faveur de la réduction des délais de paiements. D’abord la Loi de Modernisation de l’Economie (LME), mise en place en 2008 et revue en 2015 a permis de réduire les retards de paiement de 1 jour par an. Les pénalités peuvent en effet atteindre la somme de 2 millions d’euros. A l’instar de l’Angleterre, la pratique du « Name and Shame » commence à voir le jour en France et permet de dénoncer publiquement, les entreprises qui ont un mauvais comportement de paiement. 

La digitalisation et l’accès à l’intelligence artificielle, au cloud et au big data permettent désormais d’optimiser son activité et d’anticiper les problèmes. L’arrivée de nouveaux outils de gestion et performance ne cesse de croître. La robotisation et les nouvelles technologies pour éviter les retards de paiement, sont donc d’actualité.

Comment Aston iTF peut aider le Credit Manager  ?

Le credit manager a désormais un rôle de « business partner » à jouer. Pour gagner en efficacité, il est essentiel pour le credit manager de digitaliser ses outils afin d’avoir des informations mises à jour automatiquement. Des plateformes spécialisées dans la visibilité du poste client telles que ASTON ITF sont des solutions à ne pas négliger.

Les solutions de Credit Management offrent plusieurs fonctionnalités importantes: 1) analyse de la performance et tableaux de bord 2) analyse du risque clients et scoring du comportement de paiement des clients 3) automatisation de la relance et du recouvrement 4) Tracabilité des litiges et workflow collaboratif 5) assistant digital pour simplifier le pilotage de l’assurance crédit et l’affacturage

Les bénéfices pour l’entreprise et le credit manager sont nets, une réduction de 50% des retards de paiement, 80% au moins des tâches de recouvrement automatisées. En conclusion, ces solutions destinées aux credit managers ont permis une augmentation de 20% d’encaissement du cash.  Elles permettent d’être certes plus efficace mais aussi de gagner du temps. Ce qui par la suite permettra de se pencher sur des sujets plus stratégiques et pouvoir ainsi générer plus de revenus et améliorer son BFR.

En savoir plus : 

Une solution logicielle de recouvrement ? 5 raisons et 5 questions

Digitaliser le processus Order To Cash, pourquoi faire ?

Credit Management : comment simplifier le passage à la cash culture dans l’entreprise ?[/vc_column_text]

[/vc_column][/vc_row]